Malgré un secteur ultra concurrentiel, la marque Michel et Augustin a réussi à  révolutionner son marché. Retour sur les clés de réussites des trublions du goût.

« C’est l’histoire d’une petite boîte devenue grande ». En quelques années, Michel & Augustin est passé du statut de la startup sympathique à l’entreprise incontournable de son secteur. La preuve, l’entreprise pense réaliser d’ici la fin de l’année 40 millions d’euros de chiffre d’affaires. Le co fondateur de la société, Augustin Paluel-Marmont, ambitionne même de « tripler le business, par l’innovation et la qualité », explique-t-il sur BFM Business.

Retour sur une stratégie de croissance si spécifique.

DES PRODUITS DE QUALITÉ

On l’oublie un peu trop souvent, mais la réussite de Michel & Augustin dépend avant tout de ses produits. Au départ, les deux cofondateurs préparent des petits sablés dans leur propre appartement. Ils imaginent aussi un packaging décalé et sympathique. Très vite, ils passent à la vitesse supérieure et réfléchissent à une gamme de yaourt à boire (vache à boire).

Aujourd’hui, tous les produits sont créés à la Bananeraie, le nom du local de l’entreprise à Boulogne Billancourt. Imaginés par les chefs de produit, les nouveaux produits sont ensuite testés par toute l’équipe. Ils invitent ensuite un panel de consommateur à venir directement pour goûter les nouveaux produits. La dégustation se déroule tous les premiers jeudis du mois.

UNE STRATÉGIE MARKETING UNIQUE

Décalé. C’est le premier qualificatif qui vient à l’esprit. Dès le début, Michel et Augustin (les fondateurs) se sont appropriés l’espace public pour se faire connaître des consommateurs. Ils se déguisent en vache dans le métro, alpaguent les gens pour savoir s’ils cherchent un job, etc. Et le buzz fonctionne. Très vite les deux trublions font la une des magazines économiques et ensuite généralistes.

Au-delà de l’aspect iconoclaste, la marque Michel et Augustin cherche avant tout à raconter une histoire, faite d’hommes et de femmes qui aiment ce qu’ils font. D’ailleurs, la marque n’hésite pas à scénariser la vie de la marque. Le dernier exemple en date reste l’aventure Starbucks. Après avoir reçu une demande d’échantillons de la part de Starbucks, ils décident d’aller les transporter directement à Howard Schultz à Seattle.

L’aventure est suivie par des milliers d’aficionados de la marque. Suspens, déception et au final un happy ending que ne renierait pas Walt Disney. La magie Michel et Augustin a fonctionné à merveille.

UN MANAGEMENT CRÉATIF

Une créativité possible uniquement si les collaborateurs rentrent dans cet univers. La plupart du temps, les collaborateurs sont recrutés sur leur capacité à se différencier. « Présentez-vous de manière créative », insistent-ils. C’est ce qui leur permet de se renouveler et de ne jamais être dépassés dans cette course à l’innovation.

Encore faut-il être capable de bouger en permanence les lignes. Tout le monde n’en est pas capable. Mais, il faut bien cela quand on veut rester compétitif dans le secteur alimentaire. En tout cas, nous pouvons en être certains : Michel et Augustin ont encore de la réserve en matière de créativité.

Share.

About Author

Leave A Reply